Un peu de mon histoire et de ma vision

Mini-biographie rythmée au gré de titres de romans et de titres musicaux...

 

1979-1997: L' enfant (Jules Vallès - Tome 1 de la trilogie "Mémoires d'un révolté")

 

Une enfance faite de joies, de tristesses, d' erreurs. Certainement celle de tout un chacun... Une enfance surtout marquée par des vacances à la campagne. Les travaux des champs en compagnie de Papi et les bonnes frites à la graisse de canard de Mamie !

 

1998-2006: Le Bachelier (Jules Vallès - Tome 2 de la trilogie "Mémoires d'un révolté")

 

Passons brièvement sur le parcours scolaire qui n'a rien à voir avec la photographie. Je fais de ce paradoxe un atout. L' art, la littérature, les langues, l'observation, l' écoute m' ont été bien souvent d'un plus grand secours que la connaissance technique du fonctionnement d'une chambre noire !

Aujourd'hui que je suis un peu de l'autre côté du miroir -je suis aussi professeur d'espagnol- je constate que le formatage est toujours d'actualité. Le système d'apprentissage ne laisse pas assez place au développement personnel; pour ceux qui décident, ce qui compte, c'est de donner l'impression de savoir une quantité de choses extraordinaires mais pas de se connaître soi même...

 

 

2007: L'insurgé (Jules Vallès - Tome 3 de la trilogie "Mémoires d'un révolté")

 

C'est la révolution des reflex numériques (qui permettent -enfin- de rivaliser avec leurs aînés argentiques) qui me pousse à créer ma petite structure de photographe pro sous le nom de: Regards d'émoiS. Petit jeu de mots évocateur de cet état d'esprit qui m'anime : confronter le regard aux émotions.

Regard que les gens ont sur eux-mêmes, celui que j'ai sur eux; bien souvent très différent d'ailleurs ! 

Et ce n'est pas Stéphanie, alors jeune mariée, qui laissera dire l'inverse. Voici ce qu'elle a écrit sur mon premier site internet après avoir vu ses photos de mariage: "Il ne regardera jamais là où vous lui direz; pourtant il est le seul à vous voir vraiment".

 

 

2014: Webcams de nos amours (Damien Saez - Messina - 2012)

 

Malheureusement  cette banalisation technique privilégie la quantité à la qualité...

 

Alors, lassé de voir cette mécanisation des prises de vue et le côté "PHOTOMATON" de nombreux mariages, j'ai décidé d'orienter progressivement mes reportages vers une vision plus poétique, plus personnalisée, plus émotionnelle. Car en définitive il n'y a que cela qui compte: l'émotion ! Après le mariage on regardera les photos pour revivre ces moments uniques, on rouvrira l'album pour voir combien ils étaient si nombreux à nous aimer ce jour là, pour voir combien les enfants ont grandi, pour revoir ceux qui seront toujours partis trop tôt... C'est pour tout cela et bien plus encore que l'on s'émotionnera ensemble !

 

 

2017: L' effet papillon (Bénabar - Infréquentable - 2008)

 

A vouloir donner de la personnalité, de la singularité à mes images je me suis heurté au "tout automatique". En effet comment apporter une originalité à mes images si je reste sur le mode "AUTO" de mon appareil ? Du coup, exit l'automatisme et bonjour au mode "MANUEL". 

Mais la philosophie ne s'arrête pas là; exit aussi les zooms et bienvenue aux focales fixes. C'est contraignant, il faut bouger, se pencher, même des fois se tordre mais au diable la paresse, cela n'a rien à voir sur le rendu final ! Et puis c'est bon pour la santé !

Et pour parfaire le tout, la retouche est plus présente. Mais une retouche subtile; pas question de photoshoper les corps et de mondialiser une silhouette. Le travail se fait sur la couleur, les cadrages et la lumière; le tout au service d'un naturel embelli.

 

 

2018:  Decamerone = 100 ! (Boccace)

 

Là, j'ai galéré pour le titre... Le Décaméron est un livre italien du XIVème siècle dans lequel l'auteur Giovanni Boccaccio nous dresse un portrait subtil, humoristique, sarcastique, tragique de la vie au moyen-âge et des choses de l'amour. Passé cette minute "culture", revenons-en à nos moutons...

Cette année là c'est l'occasion de réaliser mon 100ème mariage. Au delà du chiffre emblématique c'est aussi une forme d'accomplissement et pour moi, un témoin des évolutions positives de notre société. En effet il s'agissait d'un superbe mariage gay !

 

 

30/01/2019: Mon vieux (Daniel Guichard - Mon vieux - 1974)

 

"Parti dans un sommeil dont il ne s'est pas réveillé". Cette si belle phrase, empruntée, donne en quelques mots dignité et poésie à cette saloperie qu'est la mort...

 

-"Papa, c'est à peine si j'ai eu le temps de te dire au revoir; toi toujours en retard et là, si pressé..." Pas eu le temps.

 

Hier les mots, et aujourd'hui les photos, me manquent. C'est un crève-cœur; moi qui ai si souvent pris en photo des "inconnus", par milliers, j'ai si peu immortalisé celui qui se cachait toujours derrière une cigarette à moitié allumée...

 

Cette leçon de vie me conforte dans cette orientation photographique émotionnelle. Vous donner, à chaque page, l' envie de revivre vos beaux moments. Faire de ces instants de vie, des souvenirs de toute votre vie et de celles d'après...